Hypnose et EFT à GrenobleDidier Bieuvelet 07 68 64 98 62

Chaque séance d’hypnose est une aventure

Que ce soit à cause de l'image que certains spectacles et la télévision donnent de l'hypnose ou pour toutes autres raisons, l'idée d'envisager un accompagnement en hypnose s'accompagne parfois de quelques appréhensions. C'est le même genre de crainte que nous éprouvons, lorsque nous savons que nous allons vivre une expérience passionnante et transformante.

Peur de l'hypnose et de l'hypnothérapie

Les raisons de consulter un praticien en hypnose sont multiples. Souvent, il s’agit de quelque chose qu’on ne parvient pas à résoudre par la seule volonté ou parce qu’on sent un frein qui nous empêche d’avancer dans nos projets.

Pourtant, intuitivement, on sait qu’il y a quelque chose en nous qui nous permettrait de changer, mais sans savoir comment faire consciemment. L’hypnose apparaît alors comme une solution pour accéder à ce potentiel intérieur.

Malgré cette intuition, il se peut que des réticences empêchent de franchir le pas.

Oser aller vers le changement

Aller voir un hypnothérapeute demande une certaine forme de courage. C’est d’abord assumer son désir de changer, là où il pourrait parfois être plus confortable de rester dans des souffrances connues. Souvent l’envie de changer côtoie en effet la peur du changement. Comme une question qui reste en suspend : à quoi la vie va ressembler après ?

Finalement, ce sont nos habitudes qui sont les premiers obstacles au changement. Nos façons de percevoir, de penser ou d’agir sont tellement ancrées en nous, consolidées par des années d’expérience, qu’il nous est difficile d’entrevoir d’autres façons d’être.

Quelque chose s’est comme figé en nous. Le fait d’en prendre conscience est déjà un premier pas.

« Il est souvent nécessaire de s’être empêtré pour avoir la force, le courage ou l’obligation de changer. La souffrance engendrée par la recherche d’une solution et par la tentative d’y voir clair est le premier ressort d’une modification ».
François Roustang, Savoir attendre

Il arrive alors un moment où le besoin et l’envie d’avancer se font plus pressant. Quand on ressent que quelque chose s’est englué, quand on ne voit plus d’issue ou quand on n’entend plus rien à ce qui nous arrive, alors il se peut qu’on soit prêt à risquer de laisser venir la vie.

Plonger dans l’inconnu pour laisser venir la vie

En ce sens, une séance d’hypnose, c’est un peu une plongée dans l’inconnu.

« Empruntez un chemin que vous ne connaissez pas pour aboutir en un lieu que vous ignorez pour y faire quelque chose dont vous êtes incapable. »
François Roustang

Exprimé de cette façon, cela peut faire peur… ou au contraire donner envie d’y aller… Il est tout à fait normal de ressentir une appréhension à l’idée de commencer un chemin vers le changement. Ce sentiment nous indique que nous touchons quelque chose de sensible et de vivant à l’intérieur.

Dans cette expérience, nous pouvons nous appuyer sur l’hypnothérapeute, qui est là pour écouter sans jugement et créer le cadre favorable dans lequel le travail intérieur peut s’accomplir.

Durant une séance d’hypnose, il peut y avoir des émotions. Les émotions sont souvent une façon dont l’inconscient s’exprime. En ce sens, elle nous disent quelque chose sur notre façon de percevoir et de vivre la situation. Là encore, le praticien en hypnose veille sur le processus afin que ce qui est vécu soit utile, tout en restant confortable pour la personne.

Quand tout se réorganise à l’intérieur

Les émotions sont aussi le signe que quelque chose lâche et qu’une reconfiguration intérieure s’amorce. Ce travail peut aussi s’exprimer par des mouvements du corps, la respiration qui se modifie, des soupirs…

Comme si un équilibre était en train de se chercher et que la posture intérieure par rapport à la problématique était en train de s’ajuster. Pour d’autres des images, des souvenirs, des symboles, des pensées, des mots… peuvent traverser l’esprit, comme si, là encore, une réorganisation intérieure avait lieu.

L’hypnose est un temps dans lequel on s’autorise à abandonner ses stéréotypes, ses préjugés, ses pensées récurrentes ou ruminations, pour laisser la place à autre chose. C’est un espace où, au fil des séances, les attitudes figées par des années d’expérience retrouvent de la fluidité.

On se reconnecte à ses ressources, à ses capacités, à une certaine fraîcheur dans la façon de percevoir la situation. Alors le champ des possibles s’ouvre à nouveau…

« Qu’est-ce que le changement si ce n’est l’accès progressif à la coordination de tout ce qui entre en jeu dans une existence ? Aller bien, c’est ne rien laisser à l’abandon, ne rien laisser au dehors, de ce qui fait une personne et de ce qui la relie à son environnement proche ou lointain. Changer, c’est donc s’approprier encore et encore. »
François Roustang

Laissez un commentaire