La notion d’inconscient porte avec elle beaucoup de connotations, notamment issues de la psychanalyse qui en a développé des théories complexes. Au contraire, Milton Erickson, le père de l’hypnose moderne, avait de l’inconscient une vision très pragmatique. Pour le dire rapidement : l’inconscient est tout ce dont nous n’avons pas conscience. On ne peut pas faire plus simple…

Mais pour Milton Erickson, parler d’inconscient était une commodité conceptuelle. Si on voulait être plus rigoureux, il faudrait parler d’un ensemble de processus inconscients. C’est-à-dire que l’inconscient n’est pas une entité complètement séparée. Mais par commodité, le terme « inconscient » est utilisé pour englober toute la diversité de ces processus.

L’autonomie de l’inconscient

Cette nuance ne remet pas en cause l’idée d’un inconscient. En effet, il existe pour Erickson des traitements de l’information, des modalités d’apprentissage qui opèrent seulement à un niveau inconscient. On pourrait dire que l’inconscient possède son propre agenda, il agit en fonction de ses propres intérêts, qui ne sont pas toujours ceux du conscient.

Il est important que vous réalisiez que votre esprit inconscient peut commencer un raisonnement, et le développer sans que vous en ayez conscience. Il peut parvenir à des conclusions, puis laisser votre esprit conscient en prendre connaissance.

L’inconscient peut percevoir et mémoriser des choses indépendamment du conscient. Il peut « penser » pendant que l’esprit conscient fait autre chose. Les battements du cœur sont un exemple d’activité physiologique qui se déroule sans que la conscience n’y participe.

Ainsi, les processus inconscients conservent une certaine autonomie. Nous faisons, savons, percevons, mémorisons, apprenons… bien plus que ce que nous en avons conscience. Nous possédons un immense réservoir d’apprentissages, de capacités inutilisées, d’expériences acquises, ou pour le dire plus globalement : de potentialités latentes, qui ne demandent qu’à s’exprimer.

Votre inconscient peut connaître la réponse, mais vous, vous, n’avez pas besoin de la connaître.

L’inconscient est un réservoir de capacités et d’apprentissages

En hypnose, nous allons utiliser toutes les capacités et le potentiel de l’inconscient pour résoudre un problème ou développer des compétences. Durant notre vie, nous ne cessons d’apprendre. Pour plus d’efficacité, la plupart de ces apprentissages sont devenus inconscients. Il serait en effet impossible de maintenir dans la conscience, à chaque instant, tout ce que nous avons appris au fil des années. Ainsi pour marcher ou pour conduire, nous n’avons pas besoin de porter attention à tout ce qui se passe dans notre corps (même si cela peut être le but de certaines pratiques dites « de pleine conscience »). Un certain automatisme s’est installé.

Nous apprenons ainsi sans être conscient que nous apprenons. Nous mémorisons, inconsciemment, des connaissances et des savoir-faire. Nous sommes même capables d’utiliser spontanément ces apprentissages, que nous ne savions même pas avoir… Cette idée ouvre de nombreuses perspectives.

Votre inconscient sait bien plus de choses sur vous que vous-même. Il a accumulé des années d’apprentissage, de sentiments, de pensées et d’actions. Et tous les jours, nous apprenons des choses et des savoir-faire.

Accéder au potentiel de l’inconscient grâce à l’hypnose

La plupart du temps, tout ce potentiel reste inaccessible, inopérant, comme à l’état latent. L’état d’hypnose va permettre d’accéder à ce large réservoir de capacités sous-utilisées, voire complètement oubliées. Et de les activer dans le sens que nous souhaitons.

D’une certaine manière, l’inconscient connaît déjà la solution d’un problème que nous ne parvenons pas à résoudre consciemment. Cette idée peut paraître étrange. Elle l’est moins quand nous savons, comme vu plus haut, que nos processus inconscients sont autonomes.

Autrement dit, nous sommes assis sans le savoir sur un trésor inexploité. Et la plupart du temps, nous allons chercher ce trésor ailleurs, à l’extérieur, à l’autre bout du monde, dans des activités, dans l’agitation ou le divertissement… Alors qu’il suffirait de prendre un temps pour se mettre à l’écoute de notre inconscient. D’aller plonger dans ce monde inconnu, pour y découvrir et aller puiser tout ce dont nous avons besoin.

Il est important que vous compreniez que toutes les connaissances acquises par votre esprit inconscient sont des connaissances que vous pouvez utiliser au moment opportun. Mais vous n’avez pas nécessairement besoin d’être conscient que vous possédez ces connaissances, jusqu’au moment de les mettre en œuvre. Et alors, vous réagissez tout à fait naturellement avec le comportement approprié.

Finalement, il ne s’agit pas tant d’apprendre de nouvelles capacités ou savoir-faire, puisque tout est déjà là. L’hypnose est ce merveilleux outil qui permet d’accéder et d’activer notre propre potentiel.

Les raisons de consulter un praticien en hypnose sont multiples. Souvent, il s’agit de quelque chose qu’on ne parvient pas à résoudre par la seule volonté ou parce qu’on sent un frein qui nous empêche d’avancer dans nos projets.

Pourtant, intuitivement, on sait qu’il y a quelque chose en nous qui nous permettrait de changer, mais sans savoir comment faire consciemment. L’hypnose apparaît alors comme une solution pour accéder à ce potentiel intérieur.

Malgré cette intuition, il se peut que des réticences empêchent de franchir le pas.

Oser aller vers le changement

Aller voir un hypnothérapeute demande une certaine forme de courage. C’est d’abord assumer son désir de changer, là où il pourrait parfois être plus confortable de rester dans des souffrances connues. Souvent l’envie de changer côtoie en effet la peur du changement. Comme une question qui reste en suspend : à quoi la vie va ressembler après ?

Finalement, ce sont nos habitudes qui sont les premiers obstacles au changement. Nos façons de percevoir, de penser ou d’agir sont tellement ancrées en nous, consolidées par des années d’expérience, qu’il nous est difficile d’entrevoir d’autres façons d’être.

Quelque chose s’est comme figé en nous. Le fait d’en prendre conscience est déjà un premier pas.

« Il est souvent nécessaire de s’être empêtré pour avoir la force, le courage ou l’obligation de changer. La souffrance engendrée par la recherche d’une solution et par la tentative d’y voir clair est le premier ressort d’une modification ».
François Roustang, Savoir attendre

Il arrive alors un moment où le besoin et l’envie d’avancer se font plus pressant. Quand on ressent que quelque chose s’est englué, quand on ne voit plus d’issue ou quand on n’entend plus rien à ce qui nous arrive, alors il se peut qu’on soit prêt à risquer de laisser venir la vie.

Plonger dans l’inconnu pour laisser venir la vie

En ce sens, une séance d’hypnose, c’est un peu une plongée dans l’inconnu.

« Empruntez un chemin que vous ne connaissez pas pour aboutir en un lieu que vous ignorez pour y faire quelque chose dont vous êtes incapable. »
François Roustang

Exprimé de cette façon, cela peut faire peur… ou au contraire donner envie d’y aller… Il est tout à fait normal de ressentir une appréhension à l’idée de commencer un chemin vers le changement. Ce sentiment nous indique que nous touchons quelque chose de sensible et de vivant à l’intérieur.

Dans cette expérience, nous pouvons nous appuyer sur l’hypnothérapeute, qui est là pour écouter sans jugement et créer le cadre favorable dans lequel le travail intérieur peut s’accomplir.

Durant une séance d’hypnose, il peut y avoir des émotions. Les émotions sont souvent une façon dont l’inconscient s’exprime. En ce sens, elle nous disent quelque chose sur notre façon de percevoir et de vivre la situation. Là encore, le praticien en hypnose veille sur le processus afin que ce qui est vécu soit utile, tout en restant confortable pour la personne.

Quand tout se réorganise à l’intérieur

Les émotions sont aussi le signe que quelque chose lâche et qu’une reconfiguration intérieure s’amorce. Ce travail peut aussi s’exprimer par des mouvements du corps, la respiration qui se modifie, des soupirs…

Comme si un équilibre était en train de se chercher et que la posture intérieure par rapport à la problématique était en train de s’ajuster. Pour d’autres des images, des souvenirs, des symboles, des pensées, des mots… peuvent traverser l’esprit, comme si, là encore, une réorganisation intérieure avait lieu.

L’hypnose est un temps dans lequel on s’autorise à abandonner ses stéréotypes, ses préjugés, ses pensées récurrentes ou ruminations, pour laisser la place à autre chose. C’est un espace où, au fil des séances, les attitudes figées par des années d’expérience retrouvent de la fluidité.

On se reconnecte à ses ressources, à ses capacités, à une certaine fraîcheur dans la façon de percevoir la situation. Alors le champ des possibles s’ouvre à nouveau…

« Qu’est-ce que le changement si ce n’est l’accès progressif à la coordination de tout ce qui entre en jeu dans une existence ? Aller bien, c’est ne rien laisser à l’abandon, ne rien laisser au dehors, de ce qui fait une personne et de ce qui la relie à son environnement proche ou lointain. Changer, c’est donc s’approprier encore et encore. »
François Roustang